1- Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis Reine Victoria Ombango plus connue sous le nom de Orya sur les réseaux sociaux. Je suis gabonaise , j’ai 31 ans . Je suis diplômée en Gestion des Entreprises , certifiée coach sportif et gérante d’affaires, en d’autres termes «femmes d’affaires». J’évolue du côté de Johannesburg. Je suis passionnée de fitness et de bien-être. Je partage cette passion au quotidien avec des centaines de personnes dans le monde.

2- Pouvez-vous nous parler de votre activité? 

Je suis coach sportif et je suis chargée d’assister des personnes dans leurs entraînements physiques tout en les motivant et en les aidant à atteindre leurs objectifs. J’apporte donc mon expertise afin de mener ce travail à bien .

De ce fait, j’ai mis en place des programmes d’accompagnements alimentaires et sportifs afin qu’ils puissent obtenir de meilleurs résultats tant physiques que psychologiques.

3-Comment vous est venue l’idée de devenir coach sportif?

Cette idée ne m’a jamais traversé l’esprit à vrai dire . Il faut noter qu’à la base , étant en surpoids durant une grande partie de mon adolescence, j’avais rêvé d’autre chose pour mon avenir et qui dit surpoids dit souvent manque d’activités physiques et mauvaises habitudes alimentaires. Alors en 2015, je prends conscience de mon état de santé et je décide de perdre du poids. Puis, en même temps me mettre au sport . Suite à cela, je perds 10 kg et ma transformation impressionne plus d’un.  

Beaucoup commencent donc à s’intéresser à cette perte de poids et je reçois énormément de commentaires positifs et de savoir comment j’y suis arrivée « Quel est mon secret? » . Connaissant les difficultés et challenges dans le processus de perte de poids, j’ai décidé de suivre une formation de coach sportif et d’ensuite créer le programme alimentaire et sportif OBVfit qui a pour but d’accompagner des individus désireux de regagner la forme et de renouer avec l’alimentation.

4-Pourquoi avoir décidé de vous lancer dans l’entrepreunariat ?

C’est par pure passion que j’ai décidé d’entreprendre. Au fil des temps, j’ai développé des compétences que j’ai jugé utile de mettre à profit et dont le but était de répondre à un besoin énorme qui se faisait ressentir. Aussi, le goût de l’aventure professionnelle, pouvoir mener des projets a bien .Enfin l’idée de ne plus dépendre d’une hiérarchie et d’être propre acteur de sa réussite. 

5-Que pensez-vous de l’entrepreunariat au Gabon?

Je dirais que ce secteur est presque sur la bonne voie . Ça me réjouit de savoir que beaucoup ont décidé de se lancer à leur propre compte . Toutefois,  je pense qu’il y’a encore beaucoup de compétences à développer . Certains n’entreprennent  pas pour les bonnes raisons  et ont tendance à associer business et vie privée . Comme j’ai souvent tendance à le dire « ll y’a une différence entre un entrepreneur et un commerçant ». L’entrepreneur est une personne qui porte des valeurs et un projet qui lui tiennent à coeur . Et le commerçant quant à lui vend des produits achetés et les met en valeur pour attirer le client et je pense qu’on est encore à ce stade, seuls quelques-uns se démarquent vraiment en créant leurs propres produits . Alors j’encourage ceux qui veulent entreprendre à avoir de réels projets et surtout d’avoir une réelle passion et de la persévérance.

6-Avec la crise de la Covid-19 qui bat son plein, comment gérer vous la situation?

J’arrive à bien gérer la situation par la grâce de Dieu malgré quelques soucis de logistiques liés à mon activité . Mon travail est du  80% en ligne, ce qui lui permet de ne pas ressentir les effets de la crise.

7-Quelles sont les effets de la Covid-19 sur votre activité ?

La crise a eu des effets positifs sur mon activité, d’autant plus que la crise sanitaire a responsabilisé beaucoup de personnes notamment dans le choix de meilleures habitudes alimentaires et à la pratique d’une activité physique et sportive.

8-Où voyez-vous votre entreprise dans 5ans?

J’ai souvent du mal à répondre à cette question parce que  « l’homme propose mais c’est Dieu qui dispose » . Toutefois, je me souhaite d’être dans la volonté de DIEU pour moi et d’avoir du succès dans mes entreprises.

9-Vous arrive-t-il des fois de regretter de vous êtes embarquée pour cette aventure entrepreneuriale?

Non, j’ai aucun regret d’avoir emprunté ce chemin , bien au contraire , aujourd’hui j’en récolte les fruits et cela n’a pas toujours été facile .

10-Comment faites-vous pour garder le cap et garder toujours la tête haute même lorsque votre activité est ralentie ou affectée d’une quelconque manière ?

Je m’appuie sur les promesses de DIEU selon qu’il est écrit dans Matthieu 6 : 34 « Ne vous inquiétez donc pas du lendemain car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine ». Il assure mes arrières . J’évite vraiment d’y accorder de l’importance et ça finit bien par marcher . 

11-Quelles sont les femmes qui vous inspirent au quotidien ?

Ma mère premièrement pour les valeurs qu’elle a su m’inculquer qui font de moi la personne que je suis aujourd’hui. J’admire les femmes intelligentes, Chimamanda Ngozi Adichie auteure et femme politique nigériane en est l’exemple. Je l’admire pour son militantisme au mouvement féministe et ses prises de positions. Aussi, Nathalie Avomo Essono (@davessona)  qui est une jeune gabonaise ingénieure ,auteure de quelques ouvrages en rapport avec la beauté du cheveu afro et entrepreneur . Elle est un modèle de femme battante pour moi.

12-Comment décrivez-vous la FEMME Gabonaise d’aujourd’hui ? 

La femme gabonaise d’aujourd’hui s’est beaucoup émancipée notamment dans la gestion des tâches que ce soit sociétales ou familiales . Elle se bat fortement pour que les droits sur leur lieu de travail, l’égalité entre les hommes et les femmes soient respectés . C’est un très grand pas et c’est encourageant. Quoique , il est difficile de s’identifier à l’une d’elle et de trouver un modèle d’inspiration. Il y’a donc beaucoup de travail à faire pour redorer l’image la femme gabonaise qui connaît sa valeur .

13-Seriez-vous prête à collaborer avec une femme gabonaise sur un projet? 

Oui, bien sûr, aujourd’hui, la collaboration est incontournable dans l’entrepreneuriat. En effet, elle apporte de nombreux avantages si elle est correctement mise en œuvre. Je n’y vois d’inconvénients .

14-Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à une jeune femme qui souhaite devenir une femme d’affaires comme vous ?

Le conseil que je donnerai à une jeune femme  qui souhaite gérer des affaires ou entreprendre à titre personnel, c’est avant toutes choses avoir de réelles motivations, d’avoir un ou des projets concrets qui lui tiennent à coeur. De compter sur DIEU pour réussir. Surtout d’être remplie d’humilité, car l’humilité précède la gloire . Dieu bénit les faibles commencements. Il faut travailler très dur, ne compter avant tout que sur Dieu, sur l’intelligence qu’il donne et attendre avec patience d’en récolter les fruits .

Merci à vous d’avoir bien voulu participer à cette interview, nous vous souhaitons beaucoup de courage et bonne chance pour la suite.

Retrouvez Le Coach Orya sur 

Instagram: @orya_beauvisage

Facebook: https://www.facebook.com/RVictoria241/

labloggentillaise