1- Pouvez-vous vous présenter ?

ATCHEMBE Fyona- Glantine, Célibataire (rire, concubine ou fiancée ne sert à rien), mère de 3 magnifiques minis rois, de nationalité gabonaise, originaire du Moyen- Ogooué, vivant à Port-Gentil.

Je suis Fondatrice et Présidente de l’association Le Cœur Sur La Main. Je suis également Fondatrice et Manager du cabinet FA BUSINESS.

2.-Pouvez-vous nous parler de FA Business?

FA Business est un cabinet d’assistance administrative, financière, juridique et commerciale. J’accompagnes les entreprises ou les personnes qui se lancent dans l’entrepreneuriat dans leurs démarches administratives,donne des conseils au niveau financier, assurer une assistance juridique et commerciale, aider les ménages dans leur démarches administratives sur le plan domestique; resituer aux entrepreneurs une meilleure visibilité de leur entreprise par des audits sociaux et financiers. 

3-Comment vous est venue l’idée de créer votre entreprise?

Je me suis dit que ce sont d’abord nos compétences locales qui développent les Entreprises sur l’étendue territoire national et ailleurs. Nous avons le savoir-faire, il n’y a pas de raison que nous attendions que la création des structures vienne nécessairement de l’étranger. 

Il y a de nombreuses réglementations dans le monde du travail qui ne sont pas toujours faciles à comprendre pour certains; je veux faciliter cette compréhension et aider ceux qui ont du potentiel à se concentrer sur leur cœur de métier et le faire grandir.

4. Qu’est-ce qui vous a motivé à devenir entrepreneur ?

(Rire) Franchement ,c’est venu d’abord de la frustration de percevoir un salaire minimum pour toutes mes compétences et aptitudes alors que je pourrais percevoir des honoraires en fonction des services. 

Il arrive aussi qu’en qualité d’employé, qu’il y ait un moment où l’on sent ses compétences, aptitudes, capacités, même son attitude limitée; notre liberté est restreinte par une fiche de poste ou des horaires de travail. 

En me mettant à mon compte je peux faire un travail plus complet pour mes clients: prendre le temps d’accompagner une famille dans la déclaration auprès de la CNSS de sa femme de ménage,assurer le service RH pour des entreprises qui n’ont pas la capacité financière d’avoir un service RH à temps plein,  effectuer un audit social ou financier pour une entreprise qui souhaiterait retrouver une meilleure visibilité. 

Tout cela donne un sentiment de devoir accompli, un évaluateur pertinent de mon apport dans les rouages d’une entreprise et cela m’aide aussi à m’épanouir et me passionner encore plus dans ce que je fais.

5. Que pensez-vous de l’entrepreunariat au Gabon?

L’entrepreneuriat a considérablement évolué. Certaines démarches administratives sont simplifiées je pense notamment à celle de la création d’entreprise. Cela aide certains à se lancer. Évidemment, d’autres obstacles perdurent encore mais c’est un début pour faire évoluer le système.

De plus en plus de femmes se lancent aussi dans des entreprises plus pointues comme l’informatique et le conseil aux entreprises,cela démontre une certaine confiance acquise dans nos capacités à réussir dans des domaines souvent occupés par les hommes.

6-Avec la crise de la Covid-19 qui bat son plein, comment gérer vous la situation?

Bein, nous gérons en fonctions des besoins qui se présentent à nous. 

Au tant des entreprises ont dues fermer, que d’autres sont confrontées à des restructurations et parfois, en cette période de pandémie, d’autres entreprises voient le jour. Nous avons à cœur de rester informés sur les nouveautés ou les changements : que ce soit au niveau de la loi ou des tendances en matière de communication et de marketing. 

Cela nous aide à assister les clients dans leur adaptation d’activité durant la pandémie.

7-A – t’elle des effets positifs ou négatifs sur votre activité ?

les activités sont particulièrement ralenties dans les secteurs en général, mais il y a de quoi faire.

Il faut dire que cela nous permet aussi de nous réorganiser et nous informer sur les changements en cours dans les administrations.

8. Où voyez-vous votre entreprise dans 5ans?

Le plus important ce n’est pas tant la prédiction de la place de mon entreprise dans 5 ans. 

C’est surtout de me demander si durant les  prochaines années je saurai prendre le risque de me réinventer,m’adapter aux changements qui vont survenir. 

La pandémie est vraiment un bon test parce que c’est une façon de voir si j’ai tiré des leçons et si je serais prête en cas de nouvelle crise à m’adapter ou me repositionner, à utiliser d’autres outils, d’autres canaux. 

Et surtout à garder ma passion pour ce que je fais et sais faire.

9. Vous arrivent-il des fois de regretter d’avoir embarqué pour cette aventure entrepreneuriale?

Cela est déjà arrivé. En tant qu’Africaine, Dieu prend une grande place dans le soutien que l’on reçoit. Je pense avoir eu la grâce d’avoir toujours été bien entourée.  😁. C’est difficile de baisser les bras quand on a tout un village qui croit en vous et vous encourage😉.

10. Comment faites-vous pour garder le cap et garder toujours la tête haute même lorsque votre activité est ralenti ou affecté d’une quelconque manière ?

La différence se fera toujours dans la qualité de nos services. Nous vendons des services impeccable dans des conditions qui défient toute concurrence. Nous avons à cœur de répondre aux besoins de nos clients. C’est un puissant motivateur de se demander quelle solution nous allons proposer à notre client pour le satisfaire, le fidéliser, l’emmener à recommander nos services à plusieurs autres entreprises. Cela aide à se fixer de bons objectifs et donner son meilleur.

11. Quelles sont les femmes qui vous inspirent au quotidien ?

Des femmes Gabonaises ? Toutes ces femmes qui doivent concilier plusieurs casquettes professionnelles et être mères et particulièrement les mères célibataires. 

Mention spéciale à toutes ces dames qui ont décidé de faire de leur rêve leur gagne-pain dans notre belle petite ville.

12. Comment décrivez-vous la FEMME Gabonaise d’aujourd’hui ?

Femme de “réveil”, 

La femme Gabonaise d’aujourd’hui représente le nouvel air entrepreneurial du Gabon. 

13. Seriez-vous prête à collaborer avec une femme gabonaise sur un projet? Si non, pourquoi ?

Oui, à condition que cette femme ait fait de sa passion son travail, ainsi il n’y aurait que du plaisir à travailler. Et il n’y a rien de mieux que la collaboration pour nous faire grandir professionnellement et même personnellement. Ce serait un bon défi à relever.

14. Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à une jeune femme qui souhaite devenir une femme d’affaires comme vous ?

La motivation et la détermination sont un début. Lancez vous et N’abandonnez jamais, jamais, jamais…

Merci à vous d’avoir bien voulu participer à cette interview, nous vous souhaitons beaucoup de courage et bonne chance pour la suite.

Retrouvez la boutique FA business sur : 

Facebook: https://www.facebook.com/Cabinetfabusiness/

labloggentillaise