Interview : Wilcka Thomas, la femme d’affaires derrière Enami Shop

Labloggentillaise: qui est Wilcka Thomas?

Wilcka: Wilcka THOMAS, gabonaise, jeune maman de 3 adorables enfants et fondatrice de la marque Enami Shop.

Labloggentillaise: pouvez-vous nous parler de Enami Shop?

Enami Shop est à la fois une marque et une Boutique de vêtement prêt-à-porter et Wax créé en 2018. La boutique est pour le moment basée à Port-Gentil où nous avons notre atelier de couture: Enami Studio.

Labloggentillaise: comment vous est venue l’idée de créer Enami Shop?

ES est le fruit d’une « frustration », d’un besoin que je n’ai pas pu combler à un instant T. C’est à la suite d’un constat quasiment vécu comme un « mélodrame » que l’idée de résoudre ce besoin m’est apparue. En effet, maman de 3 magnifiques enfants, dont 2 garçons. J’avais du mal à les vêtir, j’ai donc pensé que d’autres parents devraient avoir les mêmes contrariétés. C’est ainsi que l’idée me traversa l’esprit et du coup j’ai commencé à acheter des vêtements alors que j’étais en vacances à l’étranger. Notamment, des vêtements pour enfants et adolescents de mon entourage dans un premier temps. Chemin faisant, je me suis aperçue qu’il y avait véritablement un marché à fort potentiel et ce qui n’était qu’une activité dilettante s’est transformée en véritable activité avec le concours et les encouragements des miens, les retours de nombreuses mamans qui trouvaient satisfaction… Par la suite, le bouche à oreille, mon amour du shopping et l’exigence du travail bien fait en ont fait le magnifique projet que voici. Ainsi naquit Enami Shop. J’ajouterai à toute fin utile que le nom provient de ma langue maternelle (omyéné) et signifie « Elégance. »

Labloggentillaise: qu’est-ce qui vous a motivé à devenir entrepreneur ?

Je ne saurai pas répondre à cette question précisément, d’autant que ça n’était pas une quête pour moi d’être entrepreneur. J’ai su que j’en étais une qu’une fois dedans. Cependant il faut effectivement de la motivation pour le demeurer et encore plus pour croitre. Et, c’est là que la vision et la passion opèrent comme  deux éléments fondamentaux de ma motivation.

Labloggentillaise: que pensez-vous de l’entrepreunariat au Gabon?

Je pense qu’il a toujours existé, il a maintenant besoin d’un cadre formel, d’un écosystème viable qui donne libre court à l’expression de chaque acteur. Qu’il cesse d’être cet entrepreneuriat de concours et salons, pour réellement faire vivre ses acteurs. Lorsque je dis qu’il a toujours existé je fais allusion à ce que faisaient et font d’ailleurs encore nos mamans et mamies. La mienne avait une petite industrie de manioc à la maison je me souviens d’y avoir mis la main à la pâte plusieurs fois d’ailleurs.

Labloggentillaise: où voyez-vous votre entreprise dans 5ans?

Bien que nous ayons été un peu pris de cours par la crise sanitaire, notre vision à moyen/long terme demeure, avec mon frère nous évoquions toute proportion gardée la fondation d’un empire ES, je peux vous dire que nous sommes à fond sur ce goal !

Labloggentillaise: vous arrivent-il des fois de regretter d’avoir embarqué pour cette aventure entrepreneuriale?

Avoir des regrets pour une chose qui me passionne, non! Je ne parlerai pas de regret, il peut y avoir du dépit mais pas de regret. Cependant, je déplore les entraves auxquelles nous faisons toujours face, notamment celles injustifiées, qui sont le fait d’agents d’organismes supposés nous faciliter la tâche. Oui ceux-là nous le déplorons

Labloggentillaise: comment faites-vous pour garder le cap et garder toujours la tête haute même lorsque votre activité est ralenti ou affecté d’une quelconque manière ?

Il n’y a pas de recette et encore moins de recette miracle, sachant que ces moments sont consubstantiels à tout activité, nous nous donnons les moyens de redresser la barre au plus vite, que ces moyens soient psychologiques, stratégiques etc. Nous ne nous permettons pas de nous laisser submerger par telles ou telles contrariétés. Nous les regardons en face et les confrontons. Nous regardons là où nous avons pu pécher pour réparer, nous recherchons l’innovation pour satisfaire nos abonnés et pour parer à d’autres éventualités. Nous nous inscrivons dans un processus d’amélioration continue et tachons de donner à notre entreprise un esprit de résilience. Un entrepreneur m’inspire beaucoup dans ce sens : @Harold Leckat et son media en ligne GMT, qui n’a fait qu’évoluer et innover au fur et à mesure pour garder sa place de leader, excellent modèle à suivre.

Labloggentillaise: quelles sont les femmes qui vous inspirent au quotidien ?

J’aime bien cette question, parce qu’elle me donne l’occasion de parler de ma maman, l’infatigable et invétérée entrepreneure ! Cette brave femme m’a donné le gout du travail bien fait ! il y a bien évidemment d’autres femmes illustres mais je m’arrêterais à celle sans qui je ne serai pas là.

Labloggentillaise: seriez-vous prête à collaborer avec une femme gabonaise sur un projet?

Oui bien entendu. Et pour cause, je l’ai déjà fait d’ailleurs, il faut juste bien définir le cadre de cette collaboration.

Labloggentillaise: quel(s) conseil(s) donneriez-vous à une jeune femme qui souhaite devenir une femme d’affaires comme vous ?

Fonce ma belle il n’y a qu’en essayant que l’on se rend compte de son potentiel.

Retrouvez la boutique Enami Shop sur : facebook et Instagram

1 comment
  1. Merci pour la force que je ressens en lisant cette interview. C’est le temps alors je me lève et fonce💪🤝

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter

Soyez informé des nouveautés et articles de notre site chaque semaine